vendredi 19 janvier 2018

C'EST EN JANVIER

Le mimosa rit 
en mille petits soleils
emplumés d'espoir 
...
Il pleut sur les mimosas
qui dorment à grains fermés
Je ronronne auprès du chat 
qui dort à pattes fermées
Il pleut
Colette Muyard
 (Extraits  Sourires de brume et Saisons de soie) 

Jardin de la Mitre
 dans un rayon de douceur Mimosas et Oliviers  Pins et Cyprès
C'était aussi en 2017 une offrande amie

 

dimanche 14 janvier 2018

MON IMAGE

"Dans  un récit inédit , riche et abondamment illustré
CAROLE D'YVOIRE
 raconte les premières années et la rencontre de deux êtres fascinants
Virginia Stephen  et Léonard Woolf"
Extrait de la 4ème de couverture de ce charmant  petit livre de poche cartonné

Première photo du couple Woolf
"La marque sur le mur"
    ...un passage de cette nouvelle en fin de volume
 Mentalement je ne cesse pas pas d'enjoliver mon image , amoureusement ,furtivement sans la vénérer ouvertement, car en ce cas je me prendrai la main dans le sac et je me réfugierais dans la lecture Il est vraiment curieux de noter comment nous protégeons l'image que nous avons de nous- même contre l 'idolâtrie  ou contre toute  manipulation de nature à la rendre soit risible , soit  si peu conforme à l'original qu'elle en perdrait toute crédibilité
Ou bien est- ce si curieux que cela ?c'est une question très importante
Si le miroir se brise l'image disparait et de la silhouette idéalisée  , toute auréolée de verdure sylvestre , ne subsiste que cette coquille vide du personnage que voient les autres 
Virginia Woolf

vendredi 12 janvier 2018

FRESQUES DE PIERRES

L'ARC DE CONSTANTIN 
où le génie d'un peuple par 
Michele-Ann PILLOT
Rome  berceau de la civilisation latine  , une promenade dans le forum à côté du Colisée et les vestiges d'un 
PASSE QUI ECLAIRE LE PRESENT

Cet arc de triomphe  commandité par Constantin et construit par le Sénat Romain  
le dernier et le plus grand de Rome  qui commémore la victoire de l'empereur  au Pont de Milvius  dans sa dixième année de règne  315  ap JC
Le fait de  célébrer les victoires dans la pierre  ,est comme un livre ouvert parvenu jusqu'à nous   
Pendant plus d'une heure avec une grande érudition l'Historienne  
nous détaille  chaque élément  qui sont le plus souvent des réemplois de monuments antérieurs   qu'il est difficile de comprendre sans précision  et ne retenir pour le public peu averti 
 la beauté des frises , des sculptures parfois antinomiques
  de la grâce légère et aérienne des figures en  envolées gracieuses , en gestes naturels et quotidiens  familiers  ,
 pour passer brusquement à des frises massives  compactes de guerriers farouches aux mines patibulaires 
Sans oublier qu'en 80 ans   sur 60 empereurs 40 furent assassinés ... d'où  la mise en évidence de la résistance  de la vie , face aux malheurs
Tout cet art qui s'étend sur plusieurs siècles de la statuaires grecque  et romaine  qui incite à reprendre nos cours  et le souvenir qui en reste 



 

mercredi 10 janvier 2018

LA TETE DANS LES NUAGES

"Longtemps je me suis demandé ce que je devais penser de la touche colorée de Bonnard...
Comment fait-elle pour concerner l'instant de la perception et dégager dans le même temps une toute autre sensation  riche de temporalité ? 
Proche de Monet et compagnon  de Braque , tel est Bonnard
...il pose le problème en termes de temps  
Chronologie ou météorologie ? 
Instantanéité ou mémoire ?"
Bonnard en fait tout le trajet  , peignant dit Jean Clair
"Un réel transfiguré par l'émotion du souvenir" 
Voilà le secret de la touche insaisissable  de Bonnard , c'est dans les mailles de son tissage extensif qu'il faut aller rejoindre ses couleurs
Il avait choisi comme Proust l'écartèlement du bonheur 
Pierre Bonnard se fait le guetteur attentif de l'univers  et le dernier mot de sa dernière lettre que Matisse lui ait adressé eût été
"Beau temps , et beau travail"  
Jean Clair  "Ouranos " 1975 
commentaires Pierre Stercks



Extrait  d'un des" Plus beaux textes de l'Histoire de l'Art" (2009)
Anthologie illustrée de 70 chefs d'oeuvre qui célèbrent les noces de l'art et de la littérature

Loin des cours d'Histoire de L'Art 
le propos très littéraire surprend un peu  ...
Bonnard et son génie de la couleur 
ne réfléchissait certainement pas aussi  précisément  et comme tout artiste laissait aller son inspiration et son ressenti 
Ceci n'engage que moi AA

mardi 9 janvier 2018

TEMPETES

 Gronde l'orage
  Zèbre le ciel de lueurs inquiétantes 
La nature en furie  s'apaise  comme toute colère 
Mais sur le sable Pleurent les barques en détresse 
 images,   coups de pinceaux rageurs


  et Soudain le grand calme 
Il était une fois ...
La mémoire  météorologique , et le souvenir sont  liés bien souvent au temps lui même 
comme Bonnard "qui négligeait les dates mais notait imperturbablement  jour après jour les états du ciel, dans leur invariable retour du nuageux au beau , au couvert, au venteux"
 notes de Jean Clair " La plage à marée basse "de Pierre Bonnard
A suivre ...